Doctolib
loader image

Suis-je responsable de mes émotions ?

9 Jan 2023 | Article

Et oui nous le sommes, responsables de nos émotions ! Les émotions que nous vivons dépendent de la façon dont nous traitons l’information. L’émotion est un indicateur. Elle nous informe de ce qui est bon ou de ce qui est mauvais pour nous. Elle nous donne l’opportunité de comprendre nos fonctionnements et d’identifier nos besoins. Par exemple :

– Si je suis sensible aux déchets laissés sur le sol et que je le ressens comme un manque de respect à mon égard cela parle de mon besoin d’être respecté (e);
– Si je suis sensible à un accueil bienveillant et que je me sens rejeté(e) quand on ne me dit pas bonjour cela parle de mon besoin d’être considéré (e);
– Si je suis sensible à l’écoute et que je ne me sens pas entendu(e) cela parle peut-être de mon besoin d’être important(e).

Ainsi lorsque tu te promènes dans la rue et vois au sol des détritus tu peux soit les ignorer, les ramasser, te mettre en colère… 3 réactions de 3 personnes différentes pour une même situation ! Ce n’est donc pas la situation qui est concernée par notre émotion mais la façon dont nous considérons la situation. Les racines de l’émotion prennent naissance dans notre biologie, nos expériences, notre éducation et notre culture. Elles sont déclenchées par le corps, la pensée, l’environnement (bruits, nature, température…) et l’entourage.

Nous pouvons vivre nos émotions de façon différente :

– Simple (une réaction face à une situation)
– Complexe (le déclencheur de l’émotion, la situation fait remonter des souvenirs du passé)
– Contrôlée ou diminuée
– Grossie
– Secondaire (contraire au vécu réel)
– Instrumentale (feinte pour obtenir la satisfaction d’un besoin)

Quand une émotion désagréable ou souffrante est ressentie, notre réaction naturelle est de s’en couper par tous les moyens de défense possible pour ne pas souffrir, sauf la joie bien entendu ! Ainsi nous portons notre attention à l’extérieur (sur la situation, la personne responsable de la situation) et nous ne portons plus attention à ce que nous ressentons véritablement (vécu émotionnel).

Nous sommes alors dans un conflit intérieur qui peut soit augmenter notre souffrance psychique ou entraîner à court ou long terme des souffrances physiologiques.

Rester à l’écoute de nos ressentis corporels, poser notre conscience sur notre vécu émotionnel, sans chercher à mettre des mots dessus, peut permettre à ce que l’émotion s’apaise. Quand l’intensité est accueillie, il est alors temps de chercher à comprendre ce qui se passe pour soi (plutôt que chez l’autre, en dehors de soi). Ce sera la seconde étape, nous en parlerons une autre fois !

Et ce qui se passe pour soi réside souvent dans ces quatre éléments :

– L’impuissance
– L’impatience
– L’insécurité
– L’infériorité

Il peut être difficile de rester présent, à l’écoute de ces émotions désagréables. Alors nous voulons nous en départir et les ignorer. La clé, pas toujours mais souvent, est d’abord de se limiter à l’accueil de ces ressentis, en acceptant de ne rien pouvoir faire d’autre !

Pour mieux saisir ce qu’il se passe en soi, il est important de comprendre la fonction des émotions :

– La colère repousse : elle sert à poser des limites, à défendre son espace vital.

– Le plaisir / la joie fait avancer : elle propulse, elle nous aide à atteindre nos objectifs.

– La tristesse nous fait lâcher : elle nous aide à accepter de lâcher (d’abandonner un projet, de faire un deuil…).

– La peur fait reculer : elle est importante pour nous faire réagir en cas de danger et peut nous aider à nous dépasser.

Il paraît également essentiel de connaître nos défensives préférées. Car nous avons toutes et tous une tendance à :

– La projection
– L’interprétation
– Le questionnement
– Le jugement
– La banalisation…

Apprenez à accueillir vos émotions et développez votre capacité à les identifier. Prenez le temps de les ressentir. Ce chemin d’accueil vous aidera à mieux vous comprendre et à identifier vos besoins essentiels. Sinon le risque est de se laisser emporter par ses émotions et de recevoir le contraire de ce que vous souhaitez des autres : rejet, interprétation, jugement au lieu de l’accueil, bienveillance et écoute. Cette liste n’est évidemment pas du tout exhaustive et ne sert qu’à illustrer mon propos.

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2023.

Bibliographie

Émotions : enquête et mode d’emploi

Tome 1, Art-mella – Editions Pourpenser.

La colère, cette émotion mal aimée !

Carolle & Serge Vidal-Graf, préface de Rosette Poletti – Editions Jouvence.

Outil : La roue des émotions

Anne-Sophie Thiry, chez l’autrement dit.

La communication authentique

Colette Portelance – Editions du Cram.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

60 + = 70

Newsletter

Abonnez-vous à ma newsletter pour recevoir mes lettres et mon actualité.

Votre E-Mail ne sera communiquée à aucun tiers. Pour vous désinscrire, consultez la page RGPD et Cookies.

Vous êtes maintenant inscrit.e à ma newsletter, merci.